Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros
Jacques Serena
Chronique auteur
À la ville comme à la scène


Jacques Serena



Tous nos
chroniqueurs

Pourquoi, de temps en temps, passer au théâtre. Sait-on jamais pourquoi. Quand même essayer. Pour retrouver une émotion rare. Les pires qu'on puisse éprouver, c'est-à-dire produites par un de ces gestes à la fois précis et un peu décalés. Dont on a senti aussitôt la gravité, l'irrémédiable. L'effet sur le coup et à retardement. Avoir à ma disposition lieu et temps pour voir à retrouver de ces gestes qui paraissent étranges, et ce parce qu'ils sont peut-être enfin adéquats. Pour ce credo que j'ai, qu'en touchant au fond de moi, je toucherai au fond des gens. Manigancer ça, pour l'offrir, le partager. Dans la violence de la chose offerte. Pour tout le bien, tout le mal que cela peut nous faire.

Le théâtre pour m'en servir, oui. Comme en couple, en atelier d'écriture, comme en tout : reconnaître qu'on est là pour soi : de la plus élémentaire décence. Et seul moyen d'y être peut-être, en fin de compte, pour les autres. Un soir, mon amie retrouve un cousin. Assis l'un à côté de l'autre, elle finit son pot de yaourt avec son doigt, lui fait pareil, avec son pot à lui. Ils se regardent. Et chacun suce son propre doigt et le met dans l'oreille de l'autre, en même temps. Et c'est fini, chacun a repris son doigt. Assis l'un à côté de l'autre. Et me voilà, moi, avec ça. À me demander ce que j'ai vu. Ils auraient pu s'embrasser, se caresser, mais normalement, auraient même pu devant moi normalement s'accoupler, cela m'aurait moins atteint. Mais cette étrangeté de leurs gestes, et ce sentiment, en même temps, de naturel, d'adéquation. Alors l'envie. La peur. Qu'est-ce que c'était. Cachait quoi. Les gestes étranges faits naturellement, c'était le pire. Cette révélation. Le théâtre, donc, pour voir à recréer ce trouble. Cette profonde gêne, pour ce mal et ce bien que cela produit. Réunir des gens pour éprouver cela ensemble. En répétitions, je reconnais un geste, mais sans raison. L'actrice demande pourquoi elle fait ça. Je réponds : elle le fait, je te promets. Les mots, c'est après. Après l'évidence du lieu, des objets, des co

Jacques Serena

   

Revue n° 058
(Novembre-décembre 2004).

Jacques Serena   agrandir
Commander.


Livres sur le site
( signale un article critique) :

- Basse ville
- Rimmel    
- Rimmel    
- Isabelle de dos    
- Lendemain de fête    
- Rimmel    
- Isabelle de dos    
- Et pendant qu'il la regarde
- Fleurs cueillies pour rien    
- La Paresse (les péchés capitaux 1)
- Voleurs de guirlandes
- Velvette (suivi de) Jetée
- Plus rien dire sans toi    
- Elles en premier toujours
- L' Acrobate
- Les Fiévreuses
- Rimmel
- Le Ruisseau
- Sous le néflier

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos