Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Monsieur Ladmiral va bient?t mourir
de
Pierre Bost
Gallimard (L'imaginaire)
4.00 €


Article paru dans le N° 061
Mars 2005

par T.G.

*

    Monsieur Ladmiral va bient?t mourir

Un dimanche à la campagne suffit à Pierre Bost pour enterrer toute une époque. Savoureux.

Publié en 1945, ce court roman possède une fraîcheur revigorante. Monsieur Ladmiral est un peintre, tendance pompeux, qui arrive à la fin de sa vie. S'il aime la peinture, il " avait assez de goût pour ne pas trop aimer la sienne. " Il vit dans une campagne proche de Paris. Chaque dimanche, ou presque, il reçoit la visite de son fils Gonzague, de sa bru Marie-Thérèse (" elle était heureuse, certainement. Un peu lentement, mais avec application et placidité ") et de leurs trois enfants. Gonzague est engoncé dans son amour révérencieux pour son père dont il a soigneusement pris tous les défauts.
Fade et pétri de bonnes moeurs bourgeoises, il incarne le vieux monde, routinier jusqu'à la mort. Nous vivons un dimanche en famille, au début de l'été. Un dimanche à la campagne selon le titre du film que Bertrand Tavernier a tiré du livre. Cette peinture des moeurs compose un tableau aux couleurs ironiques. Observateur attentionné, Pierre Bost sait en deux phrases dévoiler les coulisses des conversations convenues et en révèle ce qu'elles portent de blessures, d'amour-propre bafoué, de petitesses sentimentales, le père et le fils " échangeant des phrases sans intérêt, qui, en effet, ne les intéressaient pas. "
Les couleurs vont changer d'un coup avec l'arrivée tonitruante d'Irène, la fille adorée. Irène apporte sa fantaisie de femme libérée, toujours bavardant comme si elle riait. La jeune femme ne se prive pas pour dire tout le mal qu'elle pense de la peinture de son père, qui lui pardonne. Elle représente toute la modernité dont son frère a peur.
Sous couvert d'une plaisante comédie familiale, où la mort annoncée se tient à distance, Pierre Bost fait toucher à un amour paternel très émouvant. Monsieur Ladmiral mourant ? En préférant sa fille à son fils, il semble plutôt sur le point de ressusciter.

Monsieur Ladmiral va bientÔt mourir de Pierre Bost, Gallimard (" L'Imaginaire "), 102 pages, 4 e

 Monsieur Ladmiral va bient?t mourir de Pierre Bost

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

T.G.

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos